Zacarias Moussaoui l'imprévisible (AP)

Publié le par Deb Riechmann

ALEXANDRIA, Virginie (AP) -- Le Français d'origine marocaine Zacarias Moussaoui, 37 ans, désormais passible de la peine de mort selon le premier verdict rendu lundi par le jury du tribunal d'Alexandria, s'est montré imprévisible depuis le début de son procès il y a près de deux mois.

Unique inculpé aux Etats-Unis pour les attentats du 11 septembre 2001, Zacarias Moussaoui a été interpellé en août 2001 pour son attitude suspecte lors de cours de pilotage dans le Minnesota. En décembre de la même année, quatre mois après les attentats contre le World Trade Center et le Pentagone, il avait été inculpé de conspiration de piraterie aérienne et autres crimes. Depuis, il n'a eu de cesse de mettre les autorités dans l'embarras.

Le suspect est né à Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) le 31 mai 1968. Ses parents, Aïcha Moussaoui et Amar ben Mahdi Sarhaoui, tous deux nés au Maroc, ont divorcé dans les années 80. Le père a quitté Narbonne (Aude) où vivait la famille et n'a plus donné de nouvelles depuis à ses enfants, deux garçons et une fille.

Le jeune Zacarias est décrit par ses professeurs comme un élève extraverti, de bon caractère et entouré d'amis. En 1988, il décroche un bac professionnel de maintenance de systèmes mécaniques automatiques au collège Victor-Hugo de Narbonne, puis un BTS technico-commercial au lycée Arago de Perpignan (Pyrénées-Orientales) en 1990. L'année suivante, il passe son DEUG d'administration économique et sociale à l'université Paul-Valéry de Montpellier (Hérault).

L'année 1991 est sans doute celle de la rupture. Zacarias Moussaoui s'inscrit à l'université de Perpignan en deuxième année de langue étrangère appliquée, mais il disparaît le jour de la rentrée. Il coupe les ponts et s'installe à Londres, l'une des bases de l'islamisme en Europe.

D'après les enquêteurs, il a bien intégré les réseaux islamistes. En 1998, il se trouvait dans un camp d'entraînement du réseau Al-Qaïda d'Oussama ben Laden en Afghanistan et en 1999, le contre-espionnage français (DST) l'avait inscrit au fichier des personnes recherchées pour des liens possibles avec le groupe terroriste du Djihad islamique.

Il est arrivé aux Etats-Unis en provenance de Londres en février 2001, selon l'acte d'accusation. Rapidement, il s'inscrit dans une école de pilotage de l'Oklahoma, où personne ne se doute que ce garçon poli mais borné puisse être un éventuel terroriste. Mais l'élève se distingue par son absence de talent. Même après 57 heures de leçons, il ne réussira pas à voler seul.

Fin mai, Zacarias Moussaoui se rend dans le Minnesota pour suivre à partir du 13 août des simulations de vol sur 747 à l'école Pan Am International Flight Academy à Eagan. Là, il éveille les soupçons en expliquant qu'il veut seulement savoir faire voler un avion de ligne, sans s'intéresser au décollage ou à l'atterrissage...

Il est interpellé le 17 août à Eagan en possession de faux papiers et se trouve en prison depuis plusieurs semaines lorsque quatre avions de ligne détournés par des membres présumés du réseau Al-Qaïda s'écrasent le 11 septembre contre les tours du World Trade Center à New York, sur le Pentagone à Washington, et en Pennsylvanie. Chez lui, les enquêteurs retrouveront des manuels de pilotage du Boeing 747-400, un simulateur de vol et une disquette contenant des informations sur les techniques d'épandage de pesticides.

Considéré un temps comme le vingtième pirate de l'air, les 19 autres ayant péri dans les attentats, Zacarias Moussaoui a plaidé coupable le 22 avril 2005, contre l'avis de ses conseils, de six chefs d'inculpation. Dans un premier temps, il avait dit s'entraîner pour une attaque contre la Maison Blanche, tout en affirmant ignorer les plans du 11-Septembre.

Lors de son procès, qui a débuté le 6 février, prenant la parole contre l'avis de ses avocats, il avait affirmé le 27 mars qu'il était censé détourner un cinquième avion avec Richard Reid le 11 septembre 2001 et le précipiter sur la Maison Blanche. Le 22 décembre 2001, Reid a été maîtrisé par des passagers à bord d'un avion d'American Airlines assurant la liaison entre Paris et Miami après avoir tenté de faire sauter l'appareil avec des chaussures bourrées d'explosifs.

Lors de son témoignage, Zacarias Moussaoui a affirmé qu'il savait qu'un attentat allait être perpétré contre le World Trade Center à New York, qu'il avait menti aux enquêteurs au moment de son interpellation car il souhaitait que l'action terroriste ait lieu. Cette déclaration a constitué un aveu-clé pour le ministère public, qui affirme que le 11-Septembre aurait pu être évité si le Français s'était montré plus coopératif après son arrestation. AP

Publié dans Dépêches

Commenter cet article