Moussaoui à l'isolement complet dans "l'Alcatraz" des Rocheuses (AFP)

Publié le

WASHINGTON (AFP) - Le Français Zacarias Moussaoui, condamné pour complicité avec les auteurs du 11-Septembre, a commencé samedi à purger sa peine de réclusion criminelle à perpétuité, sans possibilité de libération, dans une prison de sécurité maximale dans le Colorado (ouest).

Surnommée "Supermax" pour "sécurité maximale" ou "l'Alcatraz" des Rocheuses, la prison de Florence, en plein désert, dans le Colorado, où le Français est désormais incarcéré, renferme les plus grands ennemis publics des Etats-Unis.

Moussaoui, membre revendiqué d'Al-Qaïda, va côtoyer, sans jamais les croiser, les conspirateurs du premier attentat contre le World Trade Center, en 1993: Omar Abdul Rahman, Ramzi Youssef et Ahmed Ajaj, ou encore le Britannique Richard Reid, condamné en 2003 pour avoir voulu faire exploser un avion Paris-Miami.

Le Français, "immatriculé 51427-054", est arrivé dans la prison samedi à 03H17 heure locale (09H17 GMT), selon un communiqué des services pénitentiaires du ministère de la Justice. Le condamné a été extrait vendredi soir du centre de détention d'Alexandria, en Virginie (est), où il était enfermé depuis le début de son procès, le 6 février. Il a été transféré dans le Colorado à bord d'un petit avion de la compagnie Con Air chargée de transporter les détenus aux Etats-Unis, ont indiqué les services de sécurité judiciaires (US Marshals), dans un bref communiqué distinct.

"Il a à présent commencé à purger sa peine de prison à vie sans possibilité de libération", ajoutent les US Marshals. Le Français, âgé de 37 ans, doit être maintenu à l'isolement dans cette prison de très haute sécurité pour le reste de sa vie, sans possibilité de libération conditionnelle. Située dans le complexe pénitentiaire de Florence, une petite ville des Rocheuses de 3.400 habitants à 160 km au sud de Denver, la prison a été construite en 1994 avec pour règle cardinale la séparation absolue des détenus. Elle renferme actuellement 398 détenus "parmi les plus violents du pays, les plus agités et les plus enclins à s'évader", précise encore le département de la Justice. Chacun des prisonniers est confiné 23 heures sur 24 dans une cellule individuelle de 3,5 mètres sur 2. Les détenus "sont dans une bulle de sécurité, dans un environnement stérile, isolés du monde extérieur et du monde de la prison", avait expliqué à l'audience James Aiken, ancien cadre de l'administration pénitentiaire. "Moussaoui ne le sait pas encore mais dans de telles conditions, son état va se détériorer. J'ai observé ces détenus pendant 40 ans, je peux vous dire qu'avec le temps, ils pourrissent", avait-il assuré.

Le transfert de Moussaoui intervient alors que le Français, qui a échappé à la peine de mort, a tenté successivement cette semaine de revenir sur ses aveux et de faire appel de sa condamnation. Lundi, il est revenu sur sa déclaration de culpabilité, démentant avoir joué un rôle dans les attentats du 11 septembre 2001, mais la juge chargée de l'affaire à Alexandria, Leonie Brinkema, a immédiatement rejeté sa demande "trop tardive". Il avait plaidé coupable, en avril 2005, de complicité avec les auteurs des attentats, qui ont fait près de 3.000 morts. Vendredi, le Français a fait simultanément appel de ce rejet et de la peine de réclusion criminelle à perpétuité que le jury lui a infligée le 4 mai. Mais la cour d'appel compétente, celle de Richmond (Virginie), est la plus conservatrice du pays, et plusieurs spécialistes des questions de justice s'accordent à dire que ses chances sont extrêmement faibles d'obtenir une révision. Après trois mois de procès, destiné à fixer la peine, le tribunal fédéral d'Alexandria a rejeté la condamnation à mort et l'a condamné à la peine minimale: la réclusion criminelle à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle.

Publié dans Dépêches

Commenter cet article

Peppone 29/05/2006 10:58

Une citation de je crois James Aiken, que vous mentionnez dans votre article, continue et je cite de memoire. "En fait, on les plante la, et on attends qu'ils poussent" (sous entendu comme des poireaux)_