Ben Laden disculpe Moussaoui (Libération)

Publié le

Dans une cassette audio diffusée sur le Net, le chef d'Al-Qaeda affirme que Zacarias Moussaoui n'était pas le 20ème terroriste du 11 septembre • Il revendique l'entière responsabilité de l'organisation des attentats

Ben Laden est de retour. Un mois, jour pour jour, après sa dernière irruption audio, le chef d'Al-Qaeda est intervenu à nouveau pour disculper Zacarias Moussaoui, toujours par cassette audio interposée, de toute responsabilité dans les attentats du 11 septembre 2001. «Je suis personnellement responsable de l'attribution des rôles aux dix-neuf frères pour mener ces conquêtes et je n'ai pas chargé le frère Zacarias d'être avec eux dans cette mission. Les aveux selon lesquels il était chargé de participer à ces conquêtes sont nuls et non-avenus. Aucune personne sensée ne peut douter que (ces aveux) sont le résultat des pressions exercées sur lui durant quatre ans et demi. Si ces pressions sont levées et s'il recouvre son état normal, il reconnaîtra la vérité que j'ai énoncée», déclare-t-il dans cette «lettre» sonore dont les «services» américains ne voient pas de raison de douter de l'authenticité.

Oussama ben Laden, dont une photo apparaît sur l'écran de As-Sahab, un site Internet habituel d'Al-Qaeda et d'autres organisations islamistes, en veut pour preuve que «les membres du 11/9 étaient divisés en deux groupes: des pilotes et des groupes devant aider chaque pilote à maîtriser l'avion». «Dans la mesure où Zacarias Moussaoui apprenait encore le pilotage, il n'était pas le numéro 20 des groupes d'assistance, précise-t-il. Moussaoui (...) ne pourra pas citer les noms du groupe chargé de l'assister pour la simple raison qu'il n'existait pas dans la réalité. Par ailleurs, le frère Moussaoui a été arrêté deux semaines avant ces événements. S'il était au courant de la moindre information sur le groupe du 11 septembre, nous aurions demandé à l'émir Mohammed Atta et à ses frères de quitter l'Amérique immédiatement avant que (leur projet) ne soit dévoilé.»
Le Français a été condamné le 4 mai à Alexandria à la réclusion criminelle à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle. Un seul juré s'était opposé à la peine capitale. Moussaoui avait plaidé coupable, le 22 avril, de complicité avec les auteurs des opérations kamikazes contre New York et Washington. Devant purger sa peine à l'isolement dans une prison de très haute sécurité du Colorado, il s'était rétracté au lendemain de sa condamnation, réclamant un nouveau procès, auprès de la cour d'appel de Richmond, la plus conservatrice du pays. «Je vois maintenant qu'il est possible d'avoir un procès juste, même avec des jurés américains. Je ne savais rien et je ne faisais pas partie du complot», avait-il fait valoir dans un document transmis au tribunal par ses avocats. La juge chargée de l'affaire, Leonie Brinkema, a immédiatement rejeté sa demande.
Ben Laden ne se contente pas de disculper le premier condamné pour les attentats du 11 septembre. Dans son message intitulé «De Oussama ben Mohammed ben Laden au peuple américain», il décharge aussi les détenus de Guantanamo. «A l'exception de deux frères, ils n'ont aucun lien avec le 11 septembre.» Et d'ajouter: «Le plus étrange, c'est que bon nombre d'entre eux n'ont pas de lien avec Al-Qaeda. Plus étrange encore: «Certains d'entre s'opposent à l'orientation d'Al-Qaeda appelant à combattre l'Amérique.» Pourquoi George Bush préfère-t-il «ignorer ces vérités»? Pour le chef terroriste, la réponse va de soi: le président américain veut «trouver des justifications aux centaines de milliards de dollars affectés au ministère de la Défense et à d'autres organismes dans leur guerre contre les moudjahidine».
Ben Laden s'était manifesté sur une cassette vidéo pour la dernière fois le 29 octobre 2004. Il y menaçait les Etats-Unis de nouveaux attentats et accusait le président George W. Bush de «négligences» durant les attaques du 11 septembre. Sa dernière cassette audio remonte, elle, au 23 avril 2006. Il appelait notamment ses partisans à «se préparer à une guerre de longue durée» au Darfour et dénonçait la mise à l'écart par les pays occidentaux du gouvernement palestinien dirigé par le Hamas. Son nouveau message semble surtout obéir à une volonté de montrer qu'il suit toujours l'actualité avec attention et qu'il n'entend pas laisser réécrire l'histoire du 11-Septembre par des subalternes d'Al-Qaeda. Avec, comme à son habitude un appel aux Américains pour qu'ils se débarrassent de Bush: « Peut-être qu'un jour, des Américains aimant la justice et l'équité viendront (au pouvoir). Telle est la voie de la paix et de la sécurité, si vous les voulez.»

Publié dans Articles de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article