Attentats du 11 septembre : Moussaoui plaide coupable (Le Figaro)

Publié le

Le Français Zacarias Moussaoui, 36 ans, a plaidé coupable vendredi aux Etats-Unis de complicité dans les attentats du 11 septembre 2001, tout en démentant son implication puisque, selon lui, il préparait une attaque séparée contre la Maison Blanche.
"Je ne suis pas candidat à la mort", a-t-il souligné.

En plaidant coupable, Moussaoui facilite le travail du gouvernement qui a aussitôt réitéré sa demande que lui soit appliqué la peine de mort. Il écarte la tenue d'un procès et la justice doit désormais fixer une date pour la procédure de définition de la peine par un jury.

Le détenu a plaidé coupable des six chefs d'inculpation retenus contre lui, dont quatre sont passibles de la mort: complot pour commettre un attentat, détourner un avion, détruire un avion et utiliser des armes de destruction massive. Il est aussi accusé de complot pour commettre un meurtre et détruire une propriété, passibles de la réclusion à perpétuité.

«Je n'attends aucune indulgence des Américains», a déclaré Moussaoui, en combinaison vert foncé avec l'inscription «prisonnier» marquée au dos, avant de plaider coupable devant le tribunal d'Alexandria, près de Washington. Sûr de lui, les cheveux longs et barbu, le Français, encadré de trois gardes, a affirmé qu'il se battrait «bec et ongles» contre la peine de mort.
«Je ne suis pas candidat à la mort», a-t-il souligné.

«Le tribunal vous déclare coupable», a affirmé la juge chargée de l'affaire, Leonie Brinkema, tout en soulignant que l'accusé agissait en total désaccord avec ses avocats commis d'office. Moussaoui a estimé que ceux-ci ne le défendaient pas correctement, qualifiant l'un d'eux de «Judas».

«Nous voulons la peine de mort dans cette affaire», a annoncé peu après lors d'une conférence de presse le ministre de la Justice, Alberto Gonzales. «Le fait que Moussaoui a participé au complot terroriste (de 2001) ne fait plus l'ombre d'un doute», a-t-il ajouté, rappelant la mort de «milliers d'innocents».

Tout en se déclarant coupable, Moussaoui a affirmé qu'il n'était pas prévu dans le complot du 11 septembre, mais dans un autre visant la Maison Blanche.

Il avait été arrêté dans le Minnesota (nord) pour violation des lois sur l'immigration trois semaines avant les attentats de 2001 alors qu'il prenait des cours de pilotage.

«Je suis venu aux Etats-Unis pour participer à un complot visant à utiliser un avion comme une arme de destruction massive. J'ai été formé sur un 747... pour attaquer la Maison Blanche. Ce complot était différent de celui du 11 septembre» 2001, a-t-il expliqué vendredi.

Seul détenu à être poursuivi aux Etats-Unis pour ces attentats, Moussaoui avait déjà dans le passé nié son implication dans ces attentats, tout en revendiquant son appartenance à Al-Qaïda.
Moussaoui a précisé devant le tribunal que le chef d'Al-Qaïda, Oussama ben Laden, lui avait donné l'ordre personnellement d'écraser un avion contre la Maison Blanche.
«C'est un grand jour pour la justice», s'est réjoui Debra Burlingame, qui a assisté à l'audience et dont le frère était pilote dans l'avion qui s'est écrasé sur le Pentagone. «Je pense que quelle que soit la peine qu'il aura, il la mérite», ajoute-t-elle, en se déclarant heureuse d'éviter un long procès.
Pour William Doyle, dont le fils a été tué à New York, l'«exécution» de Moussaoui «pourrait le transformer en martyr".

Le 11 septembre 2001, 19 terroristes d'Al-Qaïda avaient détourné quatre avions pour frapper deux tours à New York et le Pentagone à Washington. Le quatrième avion s'était écrasé en Pennsylvanie (est).

 

Publié dans Articles de presse

Commenter cet article