Comment l'étudiant modèle a basculé dans l'intégrisme (Le Parisien)

Publié le par Julien Dumond

Zacarias Moussaoui a laissé peu de traces en France. C'est à Londres que sa vie a basculé. Né à Saint-Jean-de-Luz le 30 mai 1968, à la fin d'un mois de révolte estudiantine, il a une enfance et une adolescence normale. Moussaoui se lance ensuite dans des études à Perpignan et obtient son diplôme de technico-commercial en 1990. Mais Zacarias peine à trouver sa vocation. Surveillant dans un lycée de Narbonne, il décide d'aller à Londres en 1992 pour améliorer son anglais.

Voyages en Afghanistan


Avant même de partir, il donne déjà quelques signes annonciateurs du fanatisme religieux dans lequel il va plonger. Il avait par exemple offert à sa soeur Jamila des éditions en français de « l'Islam par le martyr » et « Jalons sur la route de l'islam », deux ouvrages de référence de l'islam fondamentaliste.

L'été 1997, Moussaoui revient dans le Sud de la France pour la dernière fois. Après cinq années passées à Londres, il porte la barbe, un pantalon pakistanais et a le crâne rasé. Durant son séjour, il a une violente dispute avec un imam de Narbonne. Celui-ci lui reprochait de vouloir endoctriner les gens « avec de mauvaises croyances ». Ces mêmes convictions fondamentalistes qu'on était en train de lui faire rentrer dans la tête à Londres. C'est en effet là-bas que Moussaoui a commencé à fréquenter les milieux intégristes.

Diplômé de l'université de South Bank en 1995, il subit là-bas l'endoctrinement de cheik Omar Abu Omar. Surnommé « Abu Koutada », ce fondamentaliste d'origine palestinienne multipliait alors les prêches à la mosquée de Baker Street, assidûment fréquentée par Moussaoui.
En 1999, la DST observe qu'il a accompli plusieurs voyages en Afghanistan et au Pakistan et alerte les autorités britanniques pour qu'elles accentuent leur surveillance. Il n'y aura pas de suite.

Son dossier était pourtant ouvert depuis 1994. A cette époque, la justice française soupçonnait un certain « Zacarias », établi à Londres, d'avoir participé au financement de groupes terroristes algériens. Moussaoui était en Angleterre depuis 1992, mais le juge d'instruction Roger Le Loire s'est vu refuser l'autorisation de l'interroger et de perquisitionner son appartement. Les autorités du pays estimaient qu'il n'y avait pas suffisamment d'éléments. L'itinéraire d'apprenti terroriste de Zacarias Moussaoui ne s'arrêtera que le 17 août 2001. Le Français d'origine marocaine était interpellé dans le Minnesota pour une simple violation aux lois sur l'immigration.

Publié dans Articles de presse

Commenter cet article