ECPM et PRI dénoncent le recours à la peine de mort par le gouvernement américain.

Publié le

Ensemble contre la peine de mort (ECPM) et Penal Reform International (PRI) dénoncent la décision de la Cour d’appel de Richmond (Virginie) rendue lundi 13 septembre autorisant l’Etat américain à requérir la peine de mort contre Zacarias Moussaoui s’il est jugé coupable d’acte terroriste.
Le procès de M. Moussaoui, qui se prépare sur des bases inéquitables, nous conduit à rappeler l’inefficacité de la peine capitale dans le cadre de la lutte anti-terroriste.

Selon Michel Taube, Président d’ECPM, « Toutes les grandes démocraties savent que l'on ne combat pas la terreur par la terreur, le terrorisme par le crime légal parce que la peine de mort ne dissuaderait nullement les commanditaires de tels actes ni leurs exécutants de fomenter de nouveaux crimes. L’exécution d’un terroriste le transformerait en martyr de sa cause eschatologique, risquant au pire de susciter la levée de nouveaux apprentis kamikazes et terroristes.».

Selon Ahmed Othmani, Président de PRI, la décision de la Cour est condamnable aussi bien sur le plan de la justice internationale que sur celui des droits de l’homme : « À l’heure où la communauté internationale renonce à la peine de mort pour punir les plus grands criminels de guerre, les dictateurs déchus ou les responsables avérés de génocide, le respect des libertés fondamentales est ici mis en cause aux États-Unis, au nom de la lutte contre le terrorisme et de la protection des citoyens américains » a ajouté Monsieur Othmani.

Michel Taube, a tenu à rappeler qu’en Espagne, frappée par des attentats terroristes le 11 mars 2004 en plein Madrid, aucun homme politique n’a demandé le rétablissement de la peine de mort pour juger les terroristes.

Monsieur Taube a conclu : « Dans une démocratie, il ne peut y avoir de justice qui tue et le jugement rendu hier donnerait la possibilité à un tribunal américain de répondre à la barbarie d’un crime par la barbarie et l’inutilité d’une telle peine. »

Messieurs Taube et Othmani présideront le 2ème Congrès mondial contre la peine de mort, qui se tiendra à Montréal (Canada) du 6 au 9 octobre prochains et qui, parmi les nombreux thèmes du Congrès, accueillera un grand débat public sur la question «Peine de mort, terrorisme et justice internationale».

Créée en 2000, ECPM s’est donnée pour objectif de promouvoir une politique internationale en faveur de l’abolition universelle de la peine de mort. ECPM assure le secrétariat exécutif de la Coalition mondiale contre la peine de mort.

PRI est une ONG internationale créée en 1989, travaillant à la mise en place de réformes pénales et pénitentiaires. L’abolition de la peine de mort fait partie intégrante du mandat de PRI qui met en place dans un certain nombre de pays des programmes d’assistance juridique pour les condamnés à mort, et qui encouragent le débat et la réflexion sur la mise en place de peines de substitution à la peine de mort.

Publié dans Communiqués

Commenter cet article