11-SEPTEMBRE : Moussaoui a voulu se donner un beau rôle (AFP)

Publié le

Washington - Zacarias Moussaoui n’a pas été condamné à mort pour sa complicité dans les attentats du 11-Septembre parce que, malgré ses affirmations, son rôle était « mineur », a expliqué l’un ou l’une des douze jurés au procès du Français hier dans les colonnes du « Washington Post ». « Il ne faisait pas nécessairement partie des opérations du 11-Septembre », explique le juré, qui a contacté lui-même le journal pour expliquer le verdict, tout en requérant l’anonymat pour préserver sa tranquillité.
Ce juré est l’un des trois qui ont ajouté une circonstance atténuante à la longue liste proposée par les avocats de la défense : Zacarias Moussaoui n’avait qu’une connaissance limitée du projet des pirates de l’air. Pour ce juré, le tournant est intervenu lors de la première prise de parole de Moussaoui, le 27 mars, quand le Français membre d’al-Qaïda a affirmé qu’il devait projeter un avion contre la Maison Blanche, avec Richard Reid, « l’homme à la chaussure piégée », dans son équipe.
« Au moment où il a prononcé le nom de Richard Reid, je savais qu’il mentait », ajoute le juré.
« C’était comme si le rôle de Moussaoui le 11-Septembre augmentait avec le temps (... alors qu’il) n’a jamais été en mesure de piloter un avion le 11-Septembre », estime-t-il.
Le Français, qui avait plaidé coupable l’année dernière de complicité avec les auteurs des attentats du 11-Septembre, a été condamné jeudi à la réclusion criminelle à perpétuité.

Publié dans Dépêches

Commenter cet article