Procès Moussaoui: Pascal Clément "prend acte" du verdict (AP)

Publié le

PARIS (AP) -- Le ministre français de la Justice Pascal Clément a déclaré "prendre acte" du verdict du tribunal fédéral d'Alexandria (Virginie), qui a condamné mercredi Zacarias Moussaoui à la prison à vie.

"Je me suis tenu informé en temps réel du déroulement du procès ainsi que de la décision du tribunal fédéral d'Alexandria par l'intermédiaire de notre magistrat de liaison aux Etats-Unis qui a assisté à toutes les audiences", a déclaré M. Clément dans une déclaration rendue publique par ses services.

"Je prends acte de ce verdict rendu par un tribunal indépendant dans un Etat souverain. J'avais, lors d'une rencontre avec mon homologue américain le 3 mars dernier, rappelé solennellement la position de la France contre la peine de mort. je vais examiner avec mon collègue ministre des Affaires étrangères les initiatives qu'il apparaîtra possible", ajoute le ministre.
Les 12 jurés du tribunal fédéral d'Alexandria ont décidé mercredi d'épargner la vie de l'accusé, le condamnant à la prison à vie pour son rôle dans les attentats du 11 septembre 2001.
Les jurés, neuf hommes et trois femmes, sont parvenus à un verdict après sept jours de délibérations. Ils avaient à décider si le Français d'origine marocaine, âgé de 37 ans, unique inculpé aux Etats-Unis dans l'enquête sur les attentats du 11 septembre 2001, devait être condamné à mort ou à la prison à vie, après avoir plaidé coupable de complot en avril 2005.

Me Patrick Baudouin, avocat d'Aïcha El Wafi, la mère de Zacarias Moussaoui, s'est "félicité que la peine de mort n'ait pas été prononcée ce soir". Mais "je ne peux pas me réjouir de la condamnation qui vient d'être prononcée, dans la mesure où la prison à vie est une peine qui est elle-même extrêmement sévère et disproportionnée par rapport aux actes pouvant réellement être reprochés à Zacarias Moussaoui, par rapport aux faits", a déclaré Me Baudouin à l'Associated Press.
"C'est une peine incompressible, aux Etats-Unis, quand on est au pénitentier, on en sort pas. Ce n'est pas évidemment la peine de mort, mais c'est une sorte d'anéantissement dans le temps". Me Baudouin tient à "souligner à nouveau que Zacarias Moussaoui n'a pas participé directement aux attentats du 11 septembre".

A présent, a-t-il expliqué, "nous poursuivrons sans relâche une demande auprès des autorités françaises pour qu'elles exigent le retour de Zacarias Moussaoui en France". AP

Publié dans Dépêches

Commenter cet article