Les affirmations de Moussaoui au sujet de Reid démenties (Reuters)

Publié le

ALEXANDRIA, Virginie (Reuters) - Richard Reid n'avait aucune connaissance précise des attentats du 11 septembre 2001 et ne devait pas participer à un attentat avec Zacarias Moussaoui, contrairement à ce que le Français a prétendu, ont déclaré ses avocats, qui ont achevé leurs plaidoiries devant le tribunal d'Alexandria, près de Washington.

Le mois dernier, Moussaoui, seul suspect inculpé pour les attentats du 11-Septembre, avait créé la surprise en affirmant que Richard Reid, alias "Shoebomber", devait se joindre à lui pour détourner un cinquième avion de ligne et le précipiter sur la Maison blanche.

Reid a été maîtrisé en décembre 2001 à bord d'un vol Paris-Miami de la compagnie American Airlines alors qu'il tentait de mettre le feu à des explosifs dissimulés dans l'une de ses chaussures. Il a été condamné en janvier 2003 à la réclusion criminelle à perpétuité.

Moussaoui est passible de la peine de mort. Devant le jury qui doit déterminer sa peine, ses avocats se sont efforcés de démontrer que leur client avait menti sur son rôle au sein du réseau Al Qaïda et dans le 11-Septembre et ont plaidé la démence.

Alan Yamamoto, l'un de ses avocats commis d'office, a lu une déclaration, approuvée par les procureurs qui demandent la peine de mort, taillant en pièces les affirmations de Moussaoui sur le duo qu'il devait prétendument former avec Reid.

DÉBUT DES DÉLIBÉRATIONS LUNDI

"Il n'existe aucune information disponible indiquant que Richard Reid avait une connaissance préalable des attentats du 11/9 ni que le commandement d'Al Qaïda lui ait donné instruction de mener une opération en coordination avec Moussaoui", peut-on lire dans ce document.

Reid, poursuit cette note, a rédigé un testament faisant de Moussaoui l'héritier unique de tous ces biens. Le FBI en a conclu qu'il était par conséquent "hautement improbable" que Reid ait été censé prendre part à une opération kamikaze avec Moussaoui.

Ce démenti brouille davantage encore les affirmations du Français, arrêté en août 2001.

L'an passé, au moment où il avait plaidé coupable, Moussaoui avait assuré qu'il n'était pas prévu qu'il participe aux attentats du 11-Septembre, mais à une seconde vague d'attaques. Devant le jury d'Alexandria, il a soutenu au contraire qu'il devait détourner un cinquième avion ce jour-là.

Déposant en tant que témoin à charge, le psychiatre légiste Raymond Patterson, a par ailleurs réfuté la thèse des experts cités par la défense, qui ont vu en Moussaoui un cas de schizophrénie.

L'accusé, a-t-il déclaré, présente des troubles de la personnalité mais aucune maladie mentale grave.

Plusieurs proches de victimes du 11-Septembre cités par la défense ont en outre témoigné pour la deuxième journée consécutive et plusieurs ont invité les jurés à dépasser l'envie de vengeance.

Les audiences s'achèveront lundi, après quoi le jury entamera alors ses délibérations.

Publié dans Dépêches

Commenter cet article