Zacarias Moussaoui a eu une enfance difficile, selon un témoin de la défense (AP)

Publié le

ALEXANDRIA, Virginie (AP) -- Zacarias Moussaoui a eu une enfance difficile, a déclaré lundi une assistante sociale américaine, appelée à témoigner par la défense dans le procès du Français qui risque la peine de mort pour son rôle dans les attentats du 11 septembre 2001.

Jan Vogelsang a expliqué que Zacarias Moussaoui venait d'un foyer brisé où régnait la violence et que plusieurs antécédents de maladie psychiatrique avaient été relevés dans sa famille.
L'assistante sociale a ajouté que la mère de l'accusé avait été battue durant ses grossesses (Aïcha el-Wafi a eu six enfants avant Zacarias) et qu'elle avait même été hospitalisée trois semaines avant l'accouchement. Quatre mois après la naissance, elle a été admise en maison de convalescence tandis que le bébé était placé en orphelinat. L'enfant y fera des séjours réguliers durant les six premières années de sa vie.

D'après Jan Vogelsang, la famille Moussaoui ne pratiquait l'islam que de façon symbolique et célébrait les fêtes chrétiennes parce qu'Aïcha el-Wafi voulait que ses enfants s'intègrent dans la société française. Adolescent, Zacarias est cependant rejeté par la famille de sa petite amie avec laquelle il remporte des concours de danse: il se fait alors traiter de "sale Arabe".

Suspendu ce week-end, le procès de Zacarias Moussaoui, unique suspect inculpé aux Etats-Unis pour les attentats du 11-Septembre, a repris lundi avec les témoignages de la défense.
Jeudi, le Français d'origine marocaine s'était lui-même exprimé à la barre pour la deuxième fois et, comme lors de sa première intervention, ses propos lui ont causé plus de tort qu'autre chose. Il s'est réjoui des morts du 11-Septembre et s'est moqué des témoignages des victimes et de leurs familles.
Vendredi, la juge Leonie Brinkema a décidé de ne pas entendre Richard Reid, qui avait été appelé à témoigner par la défense. Richard Reid purge une peine de perpétuité dans une prison de sécurité maximale à Florence (Colorado) pour avoir tenté en 2001 de faire sauter en vol un avion d'American Airlines avec des explosifs cachés dans l'une de ses chaussures.

Le mois dernier, Zacarias Moussaoui a affirmé que Richard Reid et lui devaient détourner un cinquième avion le 11 septembre 2001 pour le faire s'écraser sur la Maison Blanche. Jusqu'alors, il avait assuré n'avoir joué aucun rôle dans ces attaques terroristes.

Zacarias Moussaoui était incarcéré dans le Minnesota au moment des attentats contre le World Trade Center à New York et le Pentagone à Washington. Les jurés ont estimé que les mensonges qu'il a dits aux agents fédéraux un mois avant les attaques les ont empêché d'identifier et d'arrêter certains pirates de l'air. Ils ont considéré que Zacarias Moussaoui, par ses actes, avaient causé la mort d'au moins une personne le 11 septembre 2001, ce qui le rend passible de la peine capitale. Ils doivent maintenant trancher entre la mort et la prison à perpétuité.

"Je ne veux ni la prison à vie, ni la peine de mort", a confié sur France-Info Aïcha el-Wafi. "Le procès est en train de se dérouler avec un coupable qu'on a fabriqué", a déploré la mère de Zacarias Moussaoui. Selon elle, "il n'a rien à voir avec le 11-Septembre". AP

Publié dans Dépêches

Commenter cet article

Titou 18/04/2006 12:36

Cette "enfance difficile" n'excuse rien ... C'est l'argument sorti partout ... Il serait temps que les parents prennent leur enfants en main plutot que de cracher sur la société (police, profs, etc ...)

YKB 18/04/2006 15:45

C'est surtout le denier argument, son parcours et sa schisophrénie. Le dossier d'accusation est  vide, mais nous sommes dans la seconde et dernière phase du proces (circonstances atténuantes) il n'est plus question de retourner en arrière. Ni de revenir sur sa culpabilité. Moussaoui n'a évidemment pas facilité les choses. En plaidant coupable il a rendu quasiment impossible toute défense efficace. Quant à sa famille, enfin sa mère, elle a été irréprochable quoi qu'est raconté son autre fils dans son livre qui n'est qu'un plaidoyer pour une autre secte islamiste (habache) à laquelle il appartient. Sa mère n'a jamais craché sur la société ni sur qui que ce soit. elle ne reconnait simplement pas son fils dont on a lavé le cerveau.