Moussaoui ne regrette rien, souhaite d'autres attentats (Reuters)

Publié le par Deborah Charles

ALEXANDRIA, Virginie - Zacarias Moussaoui, jugé pour son rôle présumé dans les attentats du 11 septembre 2001, a déclaré jeudi qu'il n'avait aucun regret pour les victimes et qu'il aurait souhaité qu'il y ait davantage d'attentats.
Il s'en est pris aux survivants qui sont venus témoigner de leurs souffrances.
"Je trouve écoeurant que des gens viennent ici faire part de leur chagrin pour obtenir la mort de quelqu'un d'autre", a dit Moussaoui, qui s'est exprimé pendant deux heures et demie devant le tribunal.
"Nous voulions que vous souffriez dans votre pays. J'aurais seulement aimé que cela se passe le 12 septembre, le 13 septembre...", a affirmé le Français, qui revendique son appartenance à Al Qaïda, ajoutant que l'on ne peut avoir de remords pour ce qui est juste.
Prié de dire s'il éprouvait des regrets pour les souffrances infligées par les attentats, Moussaoui a répondu: "Absolument aucun", ajoutant que la projection au tribunal d'images montrant le Pentagone sur lequel les pirates de l'air venaient de précipiter l'un des quatre avions de ligne détournés l'avait réjoui.
En entendant ces propos, un proche d'une victime s'est mis à pleurer avant de quitter la salle d'audience.
Le Français, qui a plaidé coupable de six chefs d'accusation en rapport avec les attentats de 2001, est revenu sur de précédentes déclarations dans lesquelles il semblait appeler de ses voeux la peine de mort.
Son avocat, Me Gérald Zerkin, lui a présenté une communication au tribunal dans laquelle il affirmait: "Le plus grand djihad (guerre sainte) dans l'islam est de dire la vérité en face du tyran et d'être exécuté pour cela."
"CONTRAIRE A L'ISLAM"

Zacarias Moussaoui a dit vouloir supprimer la dernière partie de sa déclaration parce qu'après avoir consulté des ouvrages islamiques, il estime qu'elle va à l'encontre de sa foi musulmane.
Déposant pour la deuxième fois dans le cadre du procès qui décidera de sa condamnation à la prison à vie ou à la peine de mort, il a affirmé avoir été mal représenté par ses avocats commis d'office, estimant que ceux-ci auraient dû démontrer que la prison était, dans son cas, une meilleure sanction parce que son exécution le transformerait en martyr.
Les avocats de la défense tentent de convaincre le jury que Moussaoui est mentalement déséquilibré, qu'il exagère son importance au sein d'Al Qaïda et qu'il ne devrait pas être condamné à mort.
Le mois dernier, Moussaoui a affirmé devant le tribunal d'Alexandria qu'il aurait dû se trouver le 11 septembre 2001, dans le cadre du plan d'attaque d'Al Qaïda, à bord d'un cinquième avion destiné à s'écraser sur la Maison blanche.
Sa déposition durant la première phase du procès contredisait des déclarations antérieures par lesquelles il affirmait ne pas avoir été lié aux attentats du 11-Septembre mais était censé faire partie d'une deuxième vague d'attaques.
Moussaoui a déclaré jeudi que ses déclarations précédentes avaient changé peu de chose et que, même sans sa déposition de mars, on l'aurait considéré passible de la peine capitale.
"J'ai réfléchi aux (...) conséquences de ma déclaration sur ma participation aux attentats du 11 septembre. J'ai simplement décidé de m'en remettre à Dieu et de dire la vérité, l'avenir dira si j'ai eu raison", a-t-il expliqué.
Les plaidoiries de la défense devraient être bouclées d'ici la semaine prochaine et le jury entamera alors ses délibérations.

Publié dans Dépêches

Commenter cet article