Au procès Moussaoui, carnage au Pentagone et les derniers instants du vol 93 (AFP)

Publié le

ALEXANDRIA (AFP) - Les procureurs au procès de Zacarias Moussaoui ont décrit mardi aux jurés le carnage entraîné par les attentats du 11-Septembre au Pentagone, à seulement quelques kilomètres du tribunal, et les cris d'alarme d'un pilote du vol 93, le dernier détourné ce jour-là.

"Mayday! Mayday! Mayday", a crié, à 9h28 le 11 septembre 2001, un des pilotes du vol 93 de United Airlines qui devait relier Newark, près de New York, à San Francisco (Californie, ouest).

Un bruit sourd de lutte suit. Puis 33 secondes plus tard, cette expression, utilisée notamment pour les SOS en aviation est à nouveau entendue: "Mayday! Sortez d'ici! Sortez d'ici!". Ce sont les dernières paroles du capitaine Jason Dahl et/ou de son copilote Leroy Homer.

L'accusation a diffusé ces enregistrements mardi dans la chambre 700 du tribunal fédéral d'Alexandria (Virginie, est) aux jurés visiblement éprouvés par trois journées d'audience consacrées aux conséquences des attentats du 11-Septembre, qui ont fait près de 3.000 morts. Parmi eux, les 40 passagers et membres d'équipage du vol 93, tombé en Pennsylvanie à 10h03. Les occupants de l'appareil, conscients des événements à New York, sont devenus des héros aux Etats-Unis pour avoir tenté de se rebeller contre les terroristes. Auparavant, Rui Zheng, Chinoise de 34 ans, est venue raconter son histoire. Cette femme au visage doux est restée de marbre jusqu'à ce que la photo de ses parents Shuying Yang et Wugang Zheng ait été montrée aux jurés. Le couple, arrivé en 2000 aux Etats-Unis devait repartir le 10 septembre. Mais leur fille a changé la date de départ, craignant qu'ils ne soient trop épuisés pour leur long voyage de retour en Chine, car ils venaient juste de terminer un autre voyage, en famille, dans le nord des Etats-Unis. Le 11-Septembre, ils ont embarqué à bord du vol 77 d'American Airlines qui s'est écrasé, à 9h37, contre le Pentagone. "Je me sens coupable. Si je n'avais pas changé leur billet, tout serait différent (...) ce sentiment ne me quittera jamais", a-t-elle dit après avoir étouffé des sanglots.

Avant, les procureurs ont montré le carnage provoqué au Pentagone par l'avion dans lequel le couple chinois se trouvait: des photos de cadavres brûlés et de restes humains carbonisés. Des rescapés de l'attentat au siège du département américain de la Défense, qui a tué 189 personnes, ont également raconté leur complexe de survivants. Le Lieutenant Nancy McKeown, météorologiste à la Marine, a d'abord témoigné avec un sang-froid tout militaire. Venue en uniforme, bardée de médailles et sans jamais quitter ses gants blancs, elle a ensuite craqué en parlant de ses "gars", les deux jeunes militaires qu'elle supervisait ce matin-là. Après d'interminables tâtonnements dans des pièces plongées dans l'obscurité et enfumées, sans lunettes, elle a pu sortir. Pas eux. A travers ces témoignages, l'accusation présente les "circonstances aggravantes" en vertu desquelles Moussaoui, qui était en prison le jour des attentats, mérite, selon elle, la mort. La défense prendra le relais à partir de jeudi pour présenter des "circonstances atténuantes", pour lui épargner cette condamnation. Elle a demandé lundi à ce que le Britannique Richard Reid, soit appelé à témoigner. Richard Reid avait été arrêté sur un vol Paris-Miami le 22 décembre 2001 porteur de chaussures bourrées d'explosifs et purge depuis 2003 une peine de prison à vie aux Etats-Unis, à Florence (Colorado, ouest). Moussaoui a affirmé le 27 mars qu'il aurait dû conduire le 11-Septembre une attaque aérienne contre la Maison Blanche, ce qu'il avait auparavant toujours nié. Il a aussi déclaré que Reid devait y participer et les avocats souhaitent interroger le Britannique pour le discréditer. La juge n'a pas donné de réponse publique. Le site internet du tribunal, où sont consignés ses arrêts, indique simplement mardi qu'elle a ordonné un témoignage, sans préciser de qui. L'audience doit reprendre mercredi avec les conversations dans le cockpit du vol 93.

Publié dans Dépêches

Commenter cet article

BBoris 13/04/2006 08:10

S'il était autant innocent il pourrait au moins le dire ! non, il plaide coupable, sourit devant les témoignages etc Il ne mérite pas la mort mais plutôt la prison à vie.