Procès Moussaoui: la juge autorise le jury à entendre un enregistrement des voix dans le cockpit (AP)

Publié le par Michael Sniffen

ALEXANDRIA, Virginie (AP) -- A la veille de la reprise du procès Moussaoui, la juge a décidé mercredi d'autoriser le jury à entendre l'enregistrement des conversations dans le cockpit de l'avion détourné qui s'était écrasé le 11 septembre 2001 en Pennsylvanie.

Pour l'instant, outre les enquêteurs, seules les familles des victimes du vol-93 de United Airlines ont pu entendre en privé le contenu de cette bande. La diffusion au jury constituera donc la première audition publique de cet enregistrement.
En revanche, la juge Leonie Brinkema n'a pas encore décidé si elle autoriserait ou non la diffusion générale au public de cet enregistrement, au-delà des 12 jurés. Les procureurs s'y opposent, jugeant cette publication prématurée et estimant que les enquêteurs doivent pouvoir "mener une investigation complète et juste".

Avant de prendre sa décision, la juge souhaite connaître l'avis des familles des victimes et leur a donné jusqu'à mardi prochain pour faire connaître leurs éventuelles objections. Leonie Brinkema a précisé qu'en cas d'absence d'objections, elle autoriserait la diffusion générale au public, sans toutefois fixer de date précise.
Même si cette bande n'a jamais été rendue publique, on a déjà une idée des événements qui se sont déroulés à bord de l'avion détourné de United Airlines, grâce notamment aux appels passés par des passagers et des membres d'équipage avec leurs téléphones portables. Il ressort de ces appels que des passagers ont tenté de neutraliser les pirates de l'air et que leur intervention semble avoir évité que l'appareil ne s'écrase sur une cible plus meurtrière. Le vol-93 s'est finalement écrasé dans un champ dans l'Etat de Pennsylvanie.

La première phase du procès Moussaoui s'est achevée lundi avec un premier verdict du jury qui a estimé que le Français de 37 ans était passible de la peine de mort pour son rôle dans les attentats du 11 septembre 2001.
Jeudi doit s'ouvrir la deuxième phase du procès consacrée à l'examen d'éventuelles circonstances aggravantes ou atténuantes, phase qui devra déterminer si Zacarias Moussaoui doit effectivement être exécuté ou bien être condamné à la prison à perpétuité. Cette deuxième phase, qui pourrait durer de deux semaines à deux mois, devrait se concentrer sur les témoignages des familles des victimes. AP

Publié dans Dépêches

Commenter cet article