Procès Moussaoui: l'accusation et les victimes du 11-Septembre devant le jury (AFP)

Publié le

ALEXANDRIA (AFP) 6 Avril 2006 14h42

Le procès de Zacarias Moussaoui reprend ce jeudi à  Alexandria (Virginie, est) avec l'examen des circonstances aggravantes présentées par l'accusation pour obtenir sa condamnation à  mort, notamment la souffrance des victimes des attentats du 11-Septembre.
Le jury dans ce procès au tribunal fédéral d'Alexandria a estimé lundi que le Français membre d'Al-Qaïda était passible de la peine de mort car il avait "directement" causé la mort d'au moins l'une des quelque 3.000 victimes des attentats.
Après onze audiences réparties sur un mois, les jurés ont fait leur la théorie de l'accusation selon laquelle Zacarias Moussaoui a participé aux attentats en niant être un terroriste lors de son arrestation le 16 août 2001 dans le nord des Etats-Unis et en cachant leurs plans.
Après des remarques préliminaires des deux parties, l'accusation reprend le flambeau jeudi pour convaincre cette fois des jurés qu'ils doivent condamner l'accusé à  l'injection mortelle.
Au titre des "circonstances aggravantes", les procureurs ont l'intention d'exposer les attentats dans toute leur monstruosité: souffrance des victimes, images inédites, destruction de "millions" de mètres carrés de bureaux, paralysie de la Bourse, des transports en commun.
Selon la chaîne CNN, l'ancien maire de New York Rudolph Giuliani pourrait témoigner dès jeudi pour expliquer aux jurés à  quel point sa ville a été affectée.
M. Giuliani, républicain modéré de 61 ans devenu consultant, est la personnalité politique préférée des Américains, selon un sondage publié début mars.
Des témoignages de proches de victimes ou des récits concernant ceux qui ont été handicapés à  vie par ces attentats sont aussi attendus.
Léonie Brinkema, la juge en charge de l'affaire, a par ailleurs autorisé la diffusion à  l'audience d'enregistrements de conversations dans le cockpit du "vol 93" de United Airlines, le dernier des quatre avions qui s'est écrasé ce jour-là , à  10h03 en Pennsylvanie (nord-est).
Le Boeing 757 qui reliait Newark (New Jersey, non loin de New York) à  San Francisco (Californie, ouest) a été le théâtre d'une lutte entre les quatre kamikazes et les passagers, devenus des héros aux Etats-Unis.
Après plusieurs journées de débats menés par l'accusation, la parole sera à  nouveau à  la défense, pour présenter des circonstances "atténuantes" pour Moussaoui qui, si la défense convainc les jurés, serait alors condamné à  la prison à  vie.
Le verdict ne devrait pas être rendu avant la fin avril.

Publié dans Dépêches

Commenter cet article