Procès Moussaoui: réactions en Europe (AP)

Publié le

mardi 4 avril 2006, 17h50

PARIS (AP) - Après le premier verdict des jurés américains, qui ont estimé lundi soir que le Français Zacarias Moussaoui était passible de la peine de mort, les réactions mardi en Europe:
En France, la mère de celui qui est l'unique inculpé aux Etats-Unis dans le cadre du 11-Septembre, Aïcha el-Wafi, a estimé qu'"à partir du moment où il appartient à Al-Qaïda, que ce soit les Américains, que ce soit la France, ils ont besoin d'un coupable". Et d'ajouter: "Il les a aidé. Il leur a donné ce qu'il faut pour l'accuser, pour le condamner à mort".
Mme el-Wafi, qui a assisté à une bonne partie du procès de son fils, a ensuite répété les paroles que son fils lui avait dites: "'Je vais être accusé de choses que je n'ai pas faites, mais je préfère mourir que d'être à genoux. Je veux pas demander pardon pour des choses que je n'ai pas faites.' Voilà ce qu'il m'a dit".
Le porte-parole du Quai d'Orsay a pour sa part réaffirmé mardi la "position constante" de la France, qui est également celle des "pays européens dans leur ensemble": "nous sommes opposés à la peine de mort en tout lieu et en toute circonstance". La diplomatie française précise avoir obtenu des "assurances écrites" que les informations transmises dans ce dossier par la justice française "ne seraient pas utilisées à l'appui d'un réquisitoire de peine de mort".
A Strasbourg, le secrétaire général du Conseil de l'Europe a déploré cette décision du jury américain: "l'obsession de voir dans la peine de mort le seul moyen de rendre justice aux victimes du terrorisme est aussi navrante quinjustifiable", a déclaré Terry Davis.
"Répandre plus de sang n'honore pas la mémoire des victimes", a-t-il ajouté, estimant que "dans le contexte de la lutte contre le terrorisme, la peine de mort nest pas seulement une erreur ; elle a un effet contraire à celui recherché. Faire un procès qui offre une tribune aux élucubrations délirantes dun extrémiste et qui finit par lui conférer sur-le-champ le statut de martyre aux yeux de ses compagnons fanatiques, voilà qui s'appelle passer à côté dune occasion et passer à côté de la question".
A Londres en revanche, les familles des victimes britanniques des attentats septembre 2001 se sont réjouies. "Pourquoi ne devrait-il pas mourir? Je pense que c'est bien, si certains d'entre eux sont arrêtés, ils doivent être exécutés", a lancé Betty Hilton, qui habite Londres, et dont le gendre, Robin Larkie, est mort dans les attentats contre le World Trade Center à New York. "Je ne ressens aucune compassion pour lui (Moussaoui), aucun pardon", a-t-elle confié.
Patricia Bingley, qui habite Clacton (est de Londres), et dont le fils Kevin est également mort dans les attentats de New York, a affirmé qu'elle serait contente si Zacarias Moussaoui était exécuté. "Cela ne me donnera toutefois pas une grande satisfaction", a-t-elle ajouté, "parce que l'homme qu'ils auraient dû prendre (Oussama ben Laden) est l'homme qui a planifié les attentats". AP

Publié dans Dépêches

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article