Les jurés délibèrent sur la portée des "mensonges" de Zacarias Moussaoui (Le Monde)

Publié le

Faut-il croire Zacarias Moussaoui ? Non, ont répondu ses avocats. Oui, ont affirmé ses accusateurs, mercredi 29 mars, lors des plaidoiries concluant la première phase du procès du Français membre d'Al-Qaida, jugé aux Etats-Unis. Ce paradoxe illustre les retournements d'un procès qui ne ressemble à aucun autre.

Les deux parties sont d'accord pour reconnaître que M. Moussaoui est un menteur, mais pas au même moment. "Moussaoui est venu dans ce pays pour tuer autant d'Américains qu'il pouvait. Il devait conduire un cinquième avion sur la Maison Blanche", explique le procureur David Raskin. Après son arrestation, en août 2001, "il a tué en mentant". "Des gens sont morts, ils seraient vivants s'il avait dit la vérité", ajoute-t-il. L'accusation a bâti sa démonstration sur un témoin de choix : Zacarias Moussaoui, qui a avoué, lundi 27 mars, son implication dans les complots du 11-Septembre. Elle ne met pas en doute ses aveux : "La vérité est ce que Moussaoui a dit. Il en est fier", renchérit un autre procureur, David Novak.

"Vous ne pouvez rien croire de ce qu'il dit", affirme son avocat Edward Mac Mahon, aux jurés. "C'est un manipulateur et vous êtes sa cible. Il essaie de s'écrire un rôle pour l'Histoire, alors qu'il n'était qu'un parasite d'Al-Qaida, qui voulait s'en débarrasser." Après avoir rappelé les négligences du FBI, le défenseur conclut : "La triste vérité, c'est que rien ne permet d'affirmer que le gouvernement aurait agi autrement si Moussaoui avait parlé."
Les jurés du tribunal d'Alexandria ont commencé mercredi leur délibération, qui pourrait durer une semaine. Ils doivent décider à l'unanimité si M. Moussaoui est passible ou non de la peine de mort, et si ses mensonges, au moment de son arrestation, ont eu pour "résultat direct" la mort de 3 000 personnes moins d'un mois plus tard. En cas de réponse négative, Zacarias Moussaoui passera le reste de ses jours en prison. Si elle est positive, une nouvelle phase du procès s'ouvrira pour savoir s'il doit être condamné à mort ou non.

Publié dans Articles de presse

Commenter cet article