Procès Moussaoui: la vérité risque d'être perdante (AFP)

Publié le

Le Washington Post s'interroge vendredi sur la véracité des dépositions du Français Zacarias Moussaoui, la seule personne traduite en justice dans le cadre des attentats du 11 septembre 2001 et dont la vie est désormais entre les mains de douze jurés.

«Ces jurés ont désormais la tache peu enviable de trier dans cette affaire ce qui est confession réelle et ce qui est fanfaronnades chimériques», écrit l'éditorialiste du Washington Post.

«Il faut au moins reconnaître une chose à Zacarias Moussaoui dans ce cirque judiciaire bizarre. Après toutes ses pétitions et discours insensés, ses plaidoyers et rétractations et ses dénonciations de ses défenseurs transformés en souffre-douleurs, il sait toujours créer l'évènement et l'exploiter jusqu'à la corde», estime le journal, en évoquant le témoignage dévastateur que Moussaoui a livré lundi contre sa propre défense.

«Mais on peut craindre que ce témoignage ait été un peu plus théâtral que son rôle dans la réalité. Il contredit ses témoignages antérieurs (...) ainsi que ceux de responsables capturés du réseau Al-Qaeda», poursuit le Post.

«Le gouvernement comme M. Moussaoui semblent vouloir obtenir une sentence de mort. Mais si le gouvernement cherche à punir un crime, M. Moussaoui lui semble vouloir finir en martyre. Le danger est que dans cette confluence d'intérêts, la vérité soit oubliée», ajoute l'éditorialiste.

Publié dans Articles de presse

Commenter cet article