Moussaoui choque, mais les victimes n'ont pas de verdict unanime (Tageblatt)

Publié le

Des proches de victimes des attentats du 11-Septembre ont livré un premier »verdict» partagé sur Zacarias Moussaoui, en dépit de leur choc après son témoignage froid lundi, au premier procès en lien avec les attaques, où il est seul à comparaître.
Les 12 jurés du procès de Zacarias Moussaoui, qui se tient au tribunal fédéral d'Alexandria (Virginie, est) ont commencé mercredi à délibérer en vue de décider si le Français est passible de la peine de mort pour sa complicité avec les auteurs des attentats.
"Il mérite absolument la peine de mort", a déclaré Debra Burlingame, dont le frère Charles Burlingame était commandant de bord du vol 77 détourné par les kamikazes du 11-Septembre qui s'est écrasé sur le Pentagone.
Mme Burlingame assiste au procès à New York par le biais d'une retransmission vidéo en circuit fermé, organisée sur six sites de la côte est, y compris à Alexandria, un étage au-dessus de la véritable salle d'audience.
"Si la mort de 3.000 personnes ne le rend pas éligible pour la peine de mort, alors qu'est ce qui peut le rendre éligible?", a-t-elle demandé.
A New York toujours, Diane DeCarlo, dont le frère Thomas Dowd est décédé dans la tour nord du World Trade Center, a pour sa part avoué qu'elle restait partagée: "je ne crois pas à la peine de mort. Mais je ne l'aime vraiment pas et s'il était condamné à mort, je ne pense pas que je me sentirais terriblement mal".
Mme DeCarlo a assisté au procès presque tous les jours depuis que les débats au fond ont démarré, le 6 mars, y compris lundi lorsque le Français a affirmé qu'il aurait souhaité tuer des Américains, ses "ennemis", et se réjouissait des morts.
"Ce n'est pas facile d'entendre quelqu'un vous dire qu'il veut vous tuer. C'est difficile à digérer", a-t-elle avoué.
"Mérite-t-il la mort ? Oui, mais si on le tue, il deviendra un modèle. Qu'il aille en prison pour le restant de ses jours: il ne veut pas ça", a souhaité un autre proche de victime, John Woods.
William Doyle a perdu son fils Joe, coincé au 101e étage de la tour nord. Moussaoui, a-t-il déclaré lundi soir, cherchait à mourir en "martyr".
"Il a d'abord nié (devoir faire partie de l'équipe de kamikazes), maintenant il dit que c'est le cas (...) comment peut-on croire cet homme?", s'est-il interrogé en ne souhaitant pas qu'il soit condamné à mort.
"Ce type veut mourir. Il est coupable, il l'a admis. Nous devons l'emprisonner, à l'isolement, pour les 100 prochaines années: au moins il se réveillera tous les jours avec sa culpabilité", a estimé pour sa part Alexander Santora, dont le fils Christopher, pompier à New York, est mort dans la tour sud.
M. Santora, joint par téléphone, espère qu'il ne sera pas »passible» de la peine de mort, même si l'écouter était "très perturbant" vu sa "haine profonde".
Si les jurés considèrent que Zacarias Moussaoui n'est pas passible de la peine de mort, il ira d'office en prison pour la vie, car il a plaidé coupable de complicité avec les auteurs des attentats en avril 2005.
Dans le cas contraire, le procès se poursuivra avec l'examen de circonstances atténuantes et aggravantes et ce n'est qu'ensuite qu'ils décideront s'il doit, ou non, être condamné à l'injection mortelle
 
 

Publié dans Articles de presse

Commenter cet article