Moussaoui contredit par des membres d'Al Qaïda en détention (Libération.fr)

Publié le par Deborah Charles

ALEXANDRIA, Virginie - Des membres d'Al Qaïda détenus par les Américains ont contredit les allégations formulées la veille à son procès par Zacarias Moussaoui en affirmant qu'il n'était pas fiable et qu'il n'était pas impliqué dans les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.
Le Français d'origine marocaine, seule personne à avoir été inculpée aux Etats-Unis d'implication dans les attentats du 11 septembre, avait affirmé lundi que, s'il n'avait pas été interpellé plus tôt, il aurait dû participer à ces attentats à bord d'un cinquième avion lancé contre la Maison blanche.
La plupart des témoignages des détenus ont été lus au tribunal, les autorités américaines ayant exclu qu'ils viennent témoigner à la barre pour des raisons de sécurité nationale. La plupart d'entre eux ont contesté la compétence de Moussaoui et l'homme présenté comme le financier des attentats du 11 septembre a dit n'avoir aucun lien avec lui.
Moussaoui plaide coupable d'implication dans les attentats qui ont fait quelque 3.000 morts à New York et Washington. Le tribunal doit se prononcer sur son éventuelle condamnation à mort.
S'efforçant d'atténuer les effets dévastateurs des propos tenus la veille par Moussaoui, la défense a présenté une déclaration de Sayf al Adl, un responsable de la commission militaire d'Al Qaïda, qui a dit qu'il n'était "absolument pas" question que le Français participe à la mission du 11 septembre.
Mustafa al Haoussaoui, le financier qui a donné à plusieurs pirates de l'air leur billet d'avion pour les Etats-Unis, a dit n'avoir "aucune connaissance" des transactions financières de Moussaoui.
"EXASPERANT"
Un autre membre d'Al Qaïda, du nom de Khallad, a accusé Moussaoui d'avoir enfreint les règles de sécurité en lui téléphonant quotidiennement pendant un voyage en Malaisie, en 2000.
Khallad, qui était impliqué dans les attentats d'août 1998 contre les ambassades des Etats-Unis à Nairobi et Dar-es-Salaam, et a été le "cerveau" de l'attaque du contre-torpilleur américain "USS Cole", en 2000 dans le port d'Aden, a finalement été contraint d'éteindre son téléphone.
Le témoignage de Riduan Isamuddin, mieux connu sous le nom de Hambali, dirigeant de la Jemaah Islamiah, groupe asiatique lié à Al Qaïda, accuse Moussaoui "de n'être pas une lumière et d'avoir mauvais caractère".
"Selon Hambali, Moussaoui réussissait à exaspérer tout qui entrait en contact avec lui", dit le témoignage, ajoutant que Hambali ne faisait pas confiance à Moussaoui.
Moussaoui ne cessait de parler de rêves qu'il avait de précipiter un avion sur la Maison blanche. Il proposait aussi constamment des opérations jugées "ridicules" par les membres du Jemmah Islamiah, ajoute le témoignage.
Hambali a expliqué qu'il avait finalement offert à Moussaoui un billet d'avion pour l'Europe afin de lui faire quitter la Malaisie.
Moussaoui a reconnu lundi avoir eu des problèmes en Malaisie, mais il a assuré qu'Oussama ben Laden avait dit qu'il pouvait néanmoins participer aux détournements d'avion.
Le Français, arrêté le 16 août 2001, a dit qu'il n'avait pas beaucoup de précisions sur ce complot mais qu'il savait qu'il aurait à précipiter un avion sur la Maison blanche et que les tours jumelles du World Trade Center seraient aussi prises pour cibles.
L'an dernier, lorsqu'il a plaidé coupable de conspiration dans le cadre des attentats, Moussaoui a dit qu'il aurait dû faire partie d'une seconde vague d'attentats.
Deborah Charles

Publié dans Articles de presse

Commenter cet article